Do it / autoportrait de l’auteur en basket

Écrit à l’automne 2016 dans le cadre de son a(e)ncrage à la Gare Franche, Do it est une étape dans l’écriture d’A bout de course, la prochaine création de Vol Plané. Une performance physique, une heure de running sur un tapis de course. Alexis Moati revient sur ce Free Run très personnel autour de la transmission.

Présentation

« Qu’est-ce qu’on garde ? Qu’est-ce qu’on jette ?
 Que transmettre ?
 Pas si simple. » Virginie Linhart,
in 68, mes parents et moi

 

DO-IT, UNE COURSE D’ENDURANCE

Rythmé par les foulées, les accélérations et décélérations de la course, ce texte intime nous fait entendre quelques moments de l’histoire du metteur en scène : ce que ses parents lui ont transmis, ce avec quoi il a fallu grandir puis s’émanciper. Avec cette course de fond, parfois à bout de souffle, parfois y trouvant un regain de vitalité, l’auteur nous emmène dans l’après-68 : les mots, les images et musiques d’une époque sont les portes d’entrée de sa mémoire sensorielle.

« Quand j’ai vu “ A bout de course“ de Sidney Lumet pour la première fois j’ai été bouleversé.
C’est l’histoire de la séparation d’un adolescent de 17 ans, d’avec ses parents.
Quand j’ai vu ce film, j’ai eu l’impression que c’est lui qui me regardait.
J’ai reconnu quelque chose, il m’invitait sur un chemin, je l’ai suivi.Je vais donc courir après je ne sais quoi et tenter moi aussi de me mettre à bout de course. Le titre original du film est « Running on empty », ce qui pourrait se traduire littéralement par courir à vide, ou courir dans le vide. » Alexis Moati.

 

En 2017-2018, Alexis Moati réunit une équipe au cours de deux résidences de travail avant de présenter Do it à la Criée  samedi 7 avril dans le cadre du Train Bleu.

Au générique

De et avec Alexis Moati
Avec Warda Rammach

Musique Léna Chambouleyron et José Amerveil

Vidéo Thomas Fourneau