compagnie Cahin-Caha – Gulko

Artiste cosmopolite par excellence, Daniel Gulko a créé Cahin-Caha à la fin des années 1990. Il y développe sa vision d’un cirque radical, renouvelant constamment son vocabulaire, quelque part entre l’art contemporain et la culture populaire. Un cirque « bâtard », comme il l’appelle, métissé, irrévérent, lyrique et dense.

présentation

Né de l’autre côté de l’Atlantique, Gulko commence sa carrière au Québec, naviguant entre la performance expérimentale et engagée, le spectacle de rue et les rituels modernes. Il inscrit très tôt son travail dans la naissance d’un nouveau cirque, qui émerge de la scène nord-américaine à la fin des années 1970. Il travaille alors avec des signatures aujourd’hui prestigieuses, tels Mimes Omnibus et Le Cirque du Soleil (Montréal), Ctibor Turba (Prague), Keith Hennessy (San Francisco) et Jiyu Geki Jyo (Tokyo). Quand il arrive en France en 1993, puis à Marseille en 2001, il est déjà sur la voie d’un théâtre d’images très physique qui excède les codes techniques du cirque.

Un cirque enGAGÉ en mouvement perpétuel

Fidèle à son engagement premier d’un art critique de la condition humaine et de la coercition sociale, Gulko inscrit la plupart de ses créations dans l’exploration du champ inter-relationnel. Mais, depuis 20 ans, il ne cesse de brouiller les pistes, renouvelant à l’envie l’écriture et la forme circassienne. Pêle-mêle, il écrit et met en scène ChiencrU (1999), Le Cabaret imprudent (2001), avec Arthur H, les Labos clowns (de 2000 à 2003), Grimm (2003), autour des contes éponymes, Moby incarcéré (2006) qui détourne et intériorise l’épopée de Melville, REV (2010).
Gulko s’entoure par la suite d’Adèll Nodé-Langlois, clown accomplie comme lui, mais aussi de Fanny Austry et Pierre Glottin. Il invente avec eux le cabaret déjanté et transformiste de Rose (2013) et sa forme réduite Little Rose, le solo de clown de Bottom (2017) et sa forme préliminaire Fou Cheval, ou encore, entre danse, poésie et contorsionnisme, le spectacle in situ, participatif et à géométrie variable Ô Lit (2019).

Un cirque MÉTISSÉ QUI RÉFLÉCHIT SUR LUI-MÊME

Jamais là où on l’attend, Gulko développe une esthétique du mouvement, du mélange, du métissage : ouverture à ce qui vient, sans tension, et en douceur, corps mouvants et émouvants. L’émotion passe d’autant plus qu’elle va à chaque fois puiser dans des ateliers et collaborations internationales avec des artistes de tous les horizons disciplinaires – circassiens, acteurs, danseurs, musiciens, marionnettistes, plasticiens, cuisiniers !
Et la forme « labor-oratoire » qu’affectionne tant Gulko trouve tout son accomplissement dans le partage d’expériences, la pédagogie et la transmission… Car Gulko est un animal politique, et n’hésite donc pas à s’impliquer dans la vie de la cité, qu’il considère planétaire : professeur en Suède, en République Tchèque, en Belgique ou au Canada, il a oeuvré au travers du CNAC (Centre National des Arts du Cirque), de la commission de sélection cirque du Ministère de la Culture, ou encore du conseil d’administration de Jeunes Talent Cirque Europe.

inventaire

2012 – carte blanche durant les Journées européennes du Patrimoine autour du spectacle Rose

2014 – carte blanche durant les Journées européennes du Patrimoine autour d’un solo de clown intitulé Fou Cheval

2018 – résidence de travail pour les laboratoires citoyens menés entre La Gare Franche et l’hôpital de jour Marine Blanche dans le 14ème arrondissement, ateliers menés avec un groupe de patients et de soignants

partenaires

Archaos, Pôle National des Arts du Cirque Méditerranée, Marseille

3bisF, lieu d’arts contemporains, Aix-en-Provence

La Gare Franche, Marseille

La Grainerie, Balma-Toulouse

Daki-Ling, Marseille

contacts / ressources

www.cahin-caha.com

Diffusion :

Charlotte Laquille
diffusion@cahin-caha.com
+33 (0) 6 75 62 48 80