compagnie Anomalie &… – Jean-Benoît Mollet

Nous avions déjà accueilli la compagnie pour le tournage à La Gare Franche du film Un matin d’Alouha en 2010, une résidence d’écriture en 2013, et, en 2014, pour La Maison-Homme, un atelier de pratique physique et théâtrale d’immersion initié avec le collège Elsa Triolet sur la représentation métaphorique de l’intérieur du corps humain.

r

présentation

Dans la continuité de cette recherche autour de la mécanique fantastique du corps et de l’organicité de la mémoire, la compagnie revient en 2016 à La Gare Franche pour approfondir son changement de paradigme : l’intérieur est aussi vaste que l’extérieur ou, plus radical encore, l’extérieur n’existe qu’à l’intérieur.

 

le corps, terra incognita

 

Quels que soient les projets développés par Anomalie &… ces dernières années (Le Grand Nain, Un matin d’Alouha et Entrevoir, Mister Monster, Les larmes de Bristlecone…), il est question d’une situation de torsion fantastique qui conduit le sujet à une forme d’étrangeté envers lui-même, cet itinéraire de dépossession le conduisant finalement à mieux se découvrir.

 

Le Corps, véhicule et destination d’un voyage initiatique

 

Le fantastique à l’oeuvre, comme souvent, naît d’un changement de perspective, qui déforme la matière, ou plutôt nos repères sensoriels. C’est aussi un changement de paradigme, car il s’agit de comprendre que l’intérieur – mon corps – est aussi vaste que l’extérieur – l’univers -, voire d’expérimenter que cet extérieur n’existe qu’à travers l’intérieur.

 

LA métamorphose comme principe de mise en scEne

 

L’espace scénique peut figurer l’intérieur de ce corps, par la magie de la métaphore d’échelle. Cet espace en trois dimensions, via les agrès et l’incorporation de divers objets détournés exprime la dimension organique et les liens avec les autres parties du corps.

« La métaphore de la maison pour figurer le corps, avec son unité, ses façades, ses fondations, ses nombreux espaces, ses recoins secrets, ses développements et, bien sûr, ses habitants plus ou moins reclus, est un objet poétique de recherche. » (Jean-Benoît Mollet)

Et, dans la pièce Dans le Ventre de la Ballerine, dans cette maison habitée, il se trouve justement un théâtre… Théâtre intérieur qui est aussi celui où se trouve assis le public… Vertigineux décloisonnement des espaces intime et public, du biologique et du social, de l’intériorité et de l’extériorité !

 

inventaire

2010 : tournage du film Un matin d’Alouha à La Gare Franche.

2013 : résidence d’écriture pour le projet audiovisuel Entrevoir

2014 : accueil en résidence pour des ateliers avec les élèves du collège Elsa Triolet. Travail autour de La Maison Homme, avec pratiques physique et théâtrale d’immersion autour de la représentation métaphorique de l’intérieur du corps humain. Un bOn mOment a été organisé à l’issue de cette résidence : la compagnie y a présenté la bibiographie utilisée pour son projet théâtral.

2016 : accueil en résidence pour une étape de travail du projet Dans le ventre de la ballerine.

 

partenaires

La compagnie Anomalie &… reçoit le soutien de la DRAC Bourgogne, du Conseil Départemental de l’Yonne et du Conseil Régional de Bourgogne.

ressources / contacts

Production et diffusion
Florence Bourgeon
+33 (0)6 09 56 44 24
bourgeon.f@free.fr

Administration
anomali@wanadoo.fr
57 avenue des Clairions — 89 000 Auxerre

Artistique
Jean-Benoît Mollet
jambenoix@gmail.com

Delphine Lanson
delphinelanson@gmail.com
Pour plus d’informations : www.compagnie-anomalie.com

Visionner Un matin d’Alouha, film réalisé par la compagnie à La Gare Franche.